L’importance de la relecture

Il est conseillé de faire plusieurs relectures de son travail, et quand cela est possible demander à un tiers de relire le travail réalisé.

Dans le cas des deux premières relectures (sur le fond et le forme), je vous conseille de lire à voix haute (ou à voix haute dans votre tête) de manière à entendre une voix lire votre écrit, afin de mieux repérer ce qui peut être amélioré et les erreurs qui peuvent encore exister à ce stade de votre travail.

Une manière de corriger au mieux son travail, est de diviser ce temps de relecture en vous vous intéressant d’abord au fond (ce qui peut vous amener à faire évoluer des phrases entières), puis ensuite à la forme (les changements seront plus petits). Cette méthode permet de faire un travail de correction finale plus efficace et plus complet.

  • La première relecture : la relecture sur le fond

Cette relecture est focalisée sur le fond de votre propos, sur son sens.

Il s’agit de porter son attention sur le sens des mots que vous employez et sur le sens des phrases choisies. Votre attention doit être centrée sur l’adéquation entre l’idée que vous avez en tête et la manière dont vous l’exprimez à travers des mots, des expressions, des phrases.

Il ne s’agit pas d’une relecture qui se focalise sur le style, mais qui vise à vérifier que les idées que vous souhaitez transmettre sont compréhensibles. Tous les mots ont un sens et une histoire, il est donc essentiel de penser au sens des mots que l’on choisit d’employer.

Cette relecture peut être l’occasion : de raccourcir des phrases trop longues (plus de trois lignes) ou de les scinder en plusieurs phrases, d’éviter des contre-sens, d’ajouter des phrases pour permettre une meilleure compréhension de vos propos, de supprimer des mots ou des expressions qui n’ont pas de sens…

  • La deuxième relecture : la relecture sur la forme

De manière complémentaire à cette première lecture focalisée sur le fond, il convient de porter son attention dans un second temps sur la forme.

Il s’agit de lire les phrases en portant son attention sur l’orthographe et la grammaire des mots.

Pour éviter les erreurs les plus courantes, il est possible de garder à l’esprit des structures grammaticales pour analyser les phrases rédigées comme celles-ci:

  • Orthographe des noms propres
  • Singulier/pluriel
  • Masculin/féminin
  • Sujet/verbe
  • Accord nom, adjectif, verbe (singulier/pluriel)
  • Temps des verbes

Cette étape peut être réalisée partiellement à l’aide de la fonction de correction orthographique du logiciel de texte utilisé lors d’un travail à l’ordinateur. Cependant, j’ai pu constater qu’une majorité d’étudiants ne semblait pas utiliser cette fonction de correction dans leur logiciel de texte. J’encourage donc chacun à savoir si cette fonction est active selon la version du logiciel de texte utilisée.

Pourtant, il faut garder à l’esprit que même avec un logiciel de texte comportant un correcteur orthographique, le logiciel n’arrive pas à corriger toutes les erreurs d’un texte. La lecture individuelle et par un tiers est donc un moyen de pallier ce manque.

  • La relecture par un tiers

La relecture à un tiers est possible, sauf dans le cadre d’examen sur table où les règles institutionnelles l’interdissent.

Cette étape est importante qu’il s’agisse d’un résumé de texte dans le cadre d’un exercice de première année à l’université en science politique, qu’il s’agisse d’un dossier d’enquête de troisième année, d’un chapitre de mémoire ou d’un article de recherche…

Cette étape est vivement conseillée de surcroit pour les personnes dyslexiques et les personnes dont la langue de rédaction n’est pas la langue maternelle.

Il s’agit pour l’auteur de s’assurer qu’il est compréhensible par quelqu’un d’autre que par lui-même.

En envoyant votre écrit à un tiers, assurez-vous de disposer du délai nécessaire pour la réalisation de cette étape avant la remise du travail finalisé.

Selon la demande de l’auteur et selon les compétences de la tierce personne, cette dernière peut effectuer une relecture de fond, de forme ou réaliser les deux types de relecture, ainsi qu’une relecture critique d’un point de vue scientifique (demande de précision de certains aspects de l’argumentation par exemple).

Il est toujours intéressant de faire relire son travail, même par des personnes n’ayant pas fait d’études ou n’étant pas des spécialistes de science politique.

En général, c’est une étape qui se révèle être riche en échanges constructifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *