La dissertation: la conclusion

En science politique, la conclusion, obligatoire, est plutôt courte (environ 10-15 lignes).

Elle est principalement constituée d’un rappel des principaux arguments déployés dans le développement. Il ne s’agit pas pour autant d’une répétition des titres et sous-titres donnés aux parties constituant le développement.

Ensuite, en guise d’ouverture, il est coutume de mentionner un ou deux enjeux connexes au sujet ou à l’une des thématiques abordées au cours de la dissertation: pour montrer à la fois l’intérêt d’avoir mener une réflexion sur le sujet donné, et pour souligner l’intérêt à continuer cette réflexion, ou à l’appliquer à d’autres secteurs, ou souligner le rôle d’un acteur abordé rapidement dans le présent travail.

Ex 1: Si le sujet porte sur un pays, s’intéresser à un autre pays en soulignant l’intérêt de la comparaison entre les deux pays.

Ex 2: Si le sujet porte sur les instances de socialisation durant l’enfance et l’adolescence, construire l’ouverture en soulignant l’intérêt de l’étude du rôle d’autres instances à l’âge adulte, ou la diminution des instances dites « classiques ».

Prendre le temps de construire la conclusion est important: ce sont les dernières lignes qui produiront à votre lecteur sa dernière impression.

Gardez suffisament de temps pour écrire votre conclusion, sous peine de ne pas avoir le temps d’en finir la rédaction.

Gardez du temps également pour relire l’ensemble de votre travail (cf. article sur l’importance de la relecture)

La dissertation : l’introduction

La longueur de l’introduction dépend des disciplines étudiées (ex: en droit l’introduction est censée faire 1/3 de la taille totale du devoir). En science politique, il n’y a pas de règle spécifique concernant cette longueur.

L’introduction doit comporter un certain nombre d’éléments, sous peine d’être incomplète. Ce type d’erreur est susceptible d’influencer fortement la qualité du travail réalisé.

Une phrase d’accroche: elle sert à introduire le devoir. Elle peut faire mention d’un fait d’actualité qui vous parait être une illustration ou participer à la réflexion sur le sujet du devoir que vous avez à traiter. Si la dissertation porte sur un sujet « classique », vous pouvez commencer votre devoir en mentionnant qu’il s’agit d’une notion classique en science politique (en expliquant pourquoi). La phrase d’accroche est conçue à la fin du travail sur brouillon de l’introduction et du plan de votre devoir, sous peine de ne pas être en phase avec ce que vous allez dire par la suite dans votre écrit.

La définition de TOUS les termes du sujet: d’abord séparément, puis ensuite vous effectuez la mise en perspective du sujet en vous interrogeant sur le lien entre les différents éléments que vous venez de définir. Ce travail est à effectuer à l’étape du travail sur brouillon, mais aussi et surtout dans le corps de l’introduction, afin de faire comprendre à votre lecteur que les mots que vous employez ont un sens précis, afin qu’il puisse adopter le même langage que vous et ainsi vous comprendre.

– Si le sujet implique des limites temporelles et/ou géographiques, vous devez les mentionner en introduction, en tentant d’expliquer pourquoi ces limites ont été choisies ainsi. Et ce afin de démontrer que vous avez compris l’intérêt du sujet.

La problématisation: en vous appuyant sur la définition des termes du sujet et leur mise en relation, vous essayez de mettre en exergue l’enjeu central, le paradoxe qui est contenu dans le sujet. Ce travail de problématisation dépasse la simple reformulation du sujet de dissertation sous une forme interrogative. La forme interrogative ou affirme de la problématique n’est pas importante en soi. Votre travail est de révéler et mettre en perspective ce qui se cache derrière le sujet et montrer l’existence d’un « problème », lieu de tensions, que vous devez expliquer en une ou plusieurs phrases de manière plutôt synthétique. Il s’agit de l’étape la plus importante de la dissertation après la définition des termes du sujet. A la lecture de la problématique, le lecteur avisé sait si vous avez ou non compris le sujet de la dissertation.

La présentation du plan de votre dissertation: il s’agit d’annoncer à votre lecteur les étapes que vous allez suivre pour résoudre le « problème », pour qu’il suive plus facilement la démonstration argumentée que constitue le corps du travail de dissertation.

L’importance de la relecture

Il est conseillé de faire plusieurs relectures de son travail, et quand cela est possible demander à un tiers de relire le travail réalisé.

Dans le cas des deux premières relectures (sur le fond et le forme), je vous conseille de lire à voix haute (ou à voix haute dans votre tête) de manière à entendre une voix lire votre écrit, afin de mieux repérer ce qui peut être amélioré et les erreurs qui peuvent encore exister à ce stade de votre travail.

Une manière de corriger au mieux son travail, est de diviser ce temps de relecture en vous vous intéressant d’abord au fond (ce qui peut vous amener à faire évoluer des phrases entières), puis ensuite à la forme (les changements seront plus petits). Cette méthode permet de faire un travail de correction finale plus efficace et plus complet.

  • La première relecture : la relecture sur le fond

Cette relecture est focalisée sur le fond de votre propos, sur son sens.

Il s’agit de porter son attention sur le sens des mots que vous employez et sur le sens des phrases choisies. Votre attention doit être centrée sur l’adéquation entre l’idée que vous avez en tête et la manière dont vous l’exprimez à travers des mots, des expressions, des phrases.

Il ne s’agit pas d’une relecture qui se focalise sur le style, mais qui vise à vérifier que les idées que vous souhaitez transmettre sont compréhensibles. Tous les mots ont un sens et une histoire, il est donc essentiel de penser au sens des mots que l’on choisit d’employer.

Cette relecture peut être l’occasion : de raccourcir des phrases trop longues (plus de trois lignes) ou de les scinder en plusieurs phrases, d’éviter des contre-sens, d’ajouter des phrases pour permettre une meilleure compréhension de vos propos, de supprimer des mots ou des expressions qui n’ont pas de sens…

  • La deuxième relecture : la relecture sur la forme

De manière complémentaire à cette première lecture focalisée sur le fond, il convient de porter son attention dans un second temps sur la forme.

Il s’agit de lire les phrases en portant son attention sur l’orthographe et la grammaire des mots.

Pour éviter les erreurs les plus courantes, il est possible de garder à l’esprit des structures grammaticales pour analyser les phrases rédigées comme celles-ci:

  • Orthographe des noms propres
  • Singulier/pluriel
  • Masculin/féminin
  • Sujet/verbe
  • Accord nom, adjectif, verbe (singulier/pluriel)
  • Temps des verbes

Cette étape peut être réalisée partiellement à l’aide de la fonction de correction orthographique du logiciel de texte utilisé lors d’un travail à l’ordinateur. Cependant, j’ai pu constater qu’une majorité d’étudiants ne semblait pas utiliser cette fonction de correction dans leur logiciel de texte. J’encourage donc chacun à savoir si cette fonction est active selon la version du logiciel de texte utilisée.

Pourtant, il faut garder à l’esprit que même avec un logiciel de texte comportant un correcteur orthographique, le logiciel n’arrive pas à corriger toutes les erreurs d’un texte. La lecture individuelle et par un tiers est donc un moyen de pallier ce manque.

  • La relecture par un tiers

La relecture à un tiers est possible, sauf dans le cadre d’examen sur table où les règles institutionnelles l’interdissent.

Cette étape est importante qu’il s’agisse d’un résumé de texte dans le cadre d’un exercice de première année à l’université en science politique, qu’il s’agisse d’un dossier d’enquête de troisième année, d’un chapitre de mémoire ou d’un article de recherche…

Cette étape est vivement conseillée de surcroit pour les personnes dyslexiques et les personnes dont la langue de rédaction n’est pas la langue maternelle.

Il s’agit pour l’auteur de s’assurer qu’il est compréhensible par quelqu’un d’autre que par lui-même.

En envoyant votre écrit à un tiers, assurez-vous de disposer du délai nécessaire pour la réalisation de cette étape avant la remise du travail finalisé.

Selon la demande de l’auteur et selon les compétences de la tierce personne, cette dernière peut effectuer une relecture de fond, de forme ou réaliser les deux types de relecture, ainsi qu’une relecture critique d’un point de vue scientifique (demande de précision de certains aspects de l’argumentation par exemple).

Il est toujours intéressant de faire relire son travail, même par des personnes n’ayant pas fait d’études ou n’étant pas des spécialistes de science politique.

En général, c’est une étape qui se révèle être riche en échanges constructifs.

De l’importance d’identifier l’auteur du texte étudié

La première chose à réaliser, avant même la lecture du texte que vous avez à étudier, c’est de chercher qui est/sont l’auteur/les auteurs du texte. La deuxième partie du travail d’identification de l’auteur se réalise ensuite au cours de la première ou deuxième lecture du texte.

  • Pourquoi et pour quoi ?

L’auteur du texte exprime un point de vue, peut importe la forme et le style du texte, en fonction d’un statut, c’est-à-dire d’une position dans la société.
Certaines personnes peuvent avoir plusieurs statuts: chercheur, expert financé par une structure publique ou privée, militant, politicien, journaliste, intellectuel, etc.

En général, l’auteur ne met en avant qu’un seul de ses statuts, il est donc essentiel de faire une recherche complémentaire pour essayer de savoir si la personne ne cumule pas plusieurs statuts (identifier lesquels) pour mieux pouvoir situer et comprendre les propos qu’elle tient.

  • Comment ?

Il convient donc d’identifier de statut que l’auteur met en avant pour présenter son propos (cela peut être mentionné dans le texte, et cela figure très certainement à côté de la signature du texte), statut qui aide la personne à asseoir la légitimité de son propos.
Cette recherche doit être faite dans le texte même (généralement dans l’introduction, ou lors de la signature du texte) (étape 1), mais également et en parallèle sur Internet (de préférence croiser plusieurs sources) (étape 2).

Selon mon expérience d’enseignante, une grande partie des étudiants en début de cursus ne réalisent que la première ou que les deux premières étapes. La suite de l’explication peut donc leur être essentielle pour progresser davantage.

  • L’auteur se positionne par rapport à des faits qu’il décrit… mais pas seulement !

Dans le texte, l’auteur décrit des faits, d’une certaine manière : cela laisse apparaitre son positionnement politique et/ou scientifique par rapport à cette réalité (étape 3). Cette étape se réalise lors de la première ou de la deuxième lecture du texte que vous réalisez.

Cette étape est essentielle et doit être réalisée rapidement au début de votre travail, car elle vous permet d’avoir une compréhension fine du texte que vous devez analyser. Repérer comment se positionne l’auteur, c’est se créer une palette d’outil que vous exploiterez ensuite si vous devez réaliser un résumé de texte ou une synthèse de texte. Ces outils sont ceux qui vous permettront de mettre en perspective (de manière critique) les propos de l’auteur.
Ainsi les informations de début de synthèse ou de résumé de texte qui s’apparente à l’exemple suivant ne sont pas pertinentes, car elles n’aident pas le lecteur à mettre en perspective les propos de l’auteur.

Ex (à ne pas suivre) : Tel personne est enseignante dans telle université, elle fait partie de tel laboratoire, et ses thématiques de recherche sont les suivantes (suivi d’une énumération).

(Des exemples (à suivre) proposant des manières de présenter différents types d’auteurs feront prochainement l’objet d’articles).

  • Quand l’auteur est un chercheur en sciences sociales…

Dans un article scientifique, l’auteur – en général au début du texte- décrit l’approche qu’il adopte dans le travail scientifique qu’il présente.

L’auteur se doit d’avoir des arguments scientifiques, il va donc mettre en oeuvre des méthodes scientifiques pour produire un travail scientifique, et être reconnu comme telle par la communauté scientifique (et notamment la revue dans laquelle il est publié).
En général dans son texte, il se positionne également par rapport au champ scientifique car la science se développe de manière cumulative et grâce à des débats scientifiques.

En mobilisant telle ou telle explication et selon la manière de récolter et de traiter l’information présentée dans l’article, l’auteur laisse entendre la position qu’il occupe dans le champ académique. L’auteur ne fait pas nécessairement référence à l’approche qu’il mobilise, d’où la nécessité d’apprendre et de maîtriser les grandes approches et théories des sciences sociales (présentées dans vos cours magistraux et dans les manuels mentionnés dans la bibliographie du cours).
Ex : une explication bourdieusienne met en avant le processus de reproduction sociale pour expliquer les parcours individuels…

Ainsi, en mettant en avant un processus plutôt qu’un autre pour expliquer un phénomène, l’auteur peut contribuer à alimenter un débat scientifique ou tout simplement (quand il n’existe pas de débat scientifique sur les aspects mis en avant par l’auteur) pour apporter des précisions nouvelles sur un processus ou un phénomène.
Un auteur peut combiner des approches pour expliquer un phénomène, mais généralement une approche est dominante et il mobilise d’autres approches à titre complémentaire.

  • Autres cas …

Vous pouvez avoir l’occasion d’étudier des articles de journaux ou des textes d’archives par exemple.
Il convient d’identifier la source du texte étudié et d’arriver à la situer dans un contexte local ou/et national, pour arriver à situer les propos de son auteur.

(Ces autres cas feront l’objet d’articles spécifiques sur l’analyse de texte historique ou l’analyse d’article de journal).